On the road again

En route vers le Saloum

Nous quittons Dakar dans une demi-heure en direction du fleuve Saloum sur notre bateau accompagné d'un pêcheur Lébu, Mamadou. 

Les nouvelles viendront se déposer sur votre écran au rythme des tams-tams africains. 

L'Afrique demande de lâcher nos assurances, nos facilités pour reprendre la barre de nos vies. 

Plus conrètemement, ou plus maritemement, une VHF, un pilote, une assurance sont remplacés ici par le savoir faire, la vigilance et les compétences d'un bon équipage. 

Nous quittons Dakar en convoi avec un équipage Voile sans Frontière, venant, par mer ,apporter des soins dans des villages retirés.  Eux, soignent notre âme de leur Animisme et nous venons soigner leurs plaies? Nous ne savons aujourd'hui...

Nous viendrons vous le partager.



Publié à 17:01, le vendredi 29 janvier 2010, Dakar
Mots clefs :


Afrique de l'Ouest:


La remontée des fleuves Saloum, Casamance, Gambia et l’archipel de Bijagos.

 

Repartir.

 

 

 

Repartir n’est pas le mot juste. Il serait continuer.  Le voyage est notre histoire.

 

Qu’importe le lieu, nomade ou sédentaire, nos escales sont en nous, entre nous ou en de nouvelles relations à l’autre et à la nature. 

Néanmoins, reprendre ce temps en famille est une éloge en nos liens.  Nous lui donnons valeur dans sa quête de découvrir  l’autre, ensemble, au cœur de la nature.

 

 Souvenir d'une rencontre avec les indiens Waraos.

Si nous avons eu une difficulté ici en Belgique ces derniers mois, il en était d’être enfermé entre 4 murs. De là, notre pouls, qu’est la nature, nous semblait inaudible.

Sur mer, l’extérieur et l’intérieur se rejoignent.  Tout est plus harmonieux en ce sens. Intériorité et relationnel.

 

En partageant le film de notre premier voyage, notre entourage a pu entendre, découvrir notre quête : se mettre en route en famille, s’alléger pour pouvoir se laisser porter par les rencontres, par les fleuves et les mers.

Dans cette démarche, l’école, nous soutient et nous ne savons pas comment nous pouvons les remercier de ce merveilleux présent.

 

 

Aujourd’hui, nous prenons la route pour l’Afrique de l’Ouest.  Nous débutons notre périple à Dakar.  Nous partons les bagages légers, le cœur en fête et l’âme impatiente de découvrir ces nouveaux « pains quotidiens ».

Avoir le privilège de vivre le temps, de le rencontrer dans sa valeur relationnelle, accueillir ses présents, nous donne envie de vous partager cette aventure en espérant, peut-être, de consolider en vous le désir de vous offrir du temps en partage : non plus courir après  lui ou le vivre comme « passe-temps » mais qu’il soit  Vie. 

 

Là où nous partons Jean-Christophe Rufin, ambassadeur au Sénégal, auteur de Rouge Brésil ou de l’Abyssin, le nomme :

« La forêt dans l’océan, un conservatoire des origines.  Un trésor naturel d’autant plus précieux qu’on n’y peut rien y piller, sinon cette infiniment rare aujourd’hui : le vide, l’immobilité, la vie sauvage.  La paix. »

                             (Description du Siné Saloum, fleuve du Sénégal)



Publié à 10:39, le mercredi 20 janvier 2010, Dakar
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 2 sur 18 } { Page suivante }

Qui sommes-nous ?

Où sommes-nous ?


Derniers articles

La Casamance: coeur de l'animisme sénégalais.
Saloum: fleuve de sel
En route vers le Saloum
Afrique de l'Ouest:
Mexique:
Guatemala: Antigua -Tikal-Coban-Chichicastenango-Nebaj-Todos Santos
Guatemala: on the road again
Le Sud des Antilles
Une remontée dans le temps
Guyane-Îles du Salut-Tobago
Guyane
Fortaleza-Lençois-Cayenne
Salvador à Fortaleza
Des baleines au rio Inferno de Bahia
Remontée vers le Nord
Iguacu Pantanal
Sud du Brésil
Rio la merveilleuse
En route vers Rio de Janeiro
La baie de tous les Saints
Salvador de Bahia
Joao Pessoa: ville paisible et sûre
Entrée dans le Rio Paraíba
Paradis terrestre
Traversée de Praia de Santiago à Fernando de Noronha
Les Galapagos brésiliens
Atlantique Nord
Traversée de l'Atlantique
Une porte s'ouvre sur l'Afrique
Décembre Traversée Canaries - Cap Vert